Vous êtes ici

Videos

 

Kullimaaroo : né des suites du conflit Casamançais

Le conflit casamançais a duré  une quarantaine d’années, autant d’années vécues dans la peur et une vulnérabilité quasi permanente  des populations.

Plusieurs formes de violences  impactant les  populations, en particulier les femmes en sont nées.  C’est un contexte de guerre qui a fortement dégradé les conditions de vie des habitants de la région du Sud paralysant la productivité agricole, principale source de richesse. Les femmes et les enfants, couches les plus vulnérables, continuent d’en payer le tribu, au prix d’une  grande précarité et  par la persistance de pratiques comme l’excision, le mariage précoce et  plusieurs autres formes de violences dont elles sont victimes.

Dans sa stratégie pour atteindre zéro violence basée sur le genre le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA)  et l’AMC,  soutiennent  l’initiative de la Plateforme des Femmes pour la Paix en Casamance (PFPC) qui a mis en place le centre Kullimaaroo en réponse à la détresse des victimes de violences en leur offrant  une prise en charge holistique.

« Ni hôpital, ni lieu de culte, et pourtant un véritable lieu de renaissance »

Kullimaaroo accueille en urgence des femmes et filles victimes de toutes formes de violences. Le service  est assuré par une équipe de professionnels pluridisciplinaires, soucieux du respect des principes des droits humains, que sont le respect de la dignité, de l’intégrité, de la vie privée et de la sécurité. Le centre dispose d’une capacité d’accueil de plusieurs lits, d’une infirmerie, d’une permanence juridique, d’un bureau administratif et social, d’une cuisine et d’un magasin de stockage de vivres.

Depuis 2015, grâce au centre Kullimaaroo, 135 femmes et filles ont été hébergées dont 82 adolescentes. Souvent des filles-mères rejetées par leurs familles ; le Centre a permis leur accompagnement avec  76 accouchements encadrés selon les normes sanitaires.  Les pensionnaires bénéficient  également d’un accompagnement  psychosocial personnalisé, d’une prise en charge holistique incluant la nourriture, les soins de  santé, l’assistance juridique à travers un fonds dédié.

Principaux objectifs du centre KULLIMARO  

Les objectifs du centre sont entre autres : l’amélioration de l’accès aux services de prise en charge des victimes de violences au niveau de la région, le renforcement des capacités des femmes pour en faire de véritables actrices dans la lutte contre les violences en Casamance, et l’offre d’un cadre sécurisant aux femmes et filles victimes d’abus et de maltraitance.

Un appui  de taille

De 2019 à nos jours, un budget de 64 000 000 FCFA a été investi à KULLIMAAROO dont 33 000 000 F CFA pour le fonctionnement et 31 000 000 FCFA en équipements et intrants.

Plus qu’une simple maison d’accueil, Kullimaaroo est  un maillon important de la chaine de services

Le centre commence à être connu par les populations et accueille de plus en plus de femmes et filles victimes de violence. Le défi consiste en l’accroissement de la capacité d’accueil  et la mise en place d’une crèche qui fonctionne 24h/24h pour prendre en charge les bébés abandonnés mais aussi  garder ceux dont les mamans doivent continuer leur processus de réinsertion.

UNFPA Sénégal partenaire de  Kullimaaroo  

Pour la pérennisation et la réinsertion sociale et économique des femmes et filles victimes de VBG et réparées de la fistule, UNFPA à travers l’AMC a mis à disposition un tracteur et un wagon et appuyé la mise en place d’une activité génératrice de revenus en dotant le GIE de Madjaké de deux moulins, deux  congélateurs et divers équipements. 

Vous pouvez retrouver la totalité du reportage en cliquant sur ce lien :  Reportage sur le centre Kullimaaroo