Vous êtes ici

Vídeo

31/08/2021

 

Kullimaaroo : né des suites du conflit Casamançais

Le conflit casamançais a duré  une quarantaine d’années, autant d’années vécues dans la peur et une vulnérabilité quasi permanente  des populations.

Plusieurs formes de violences  impactant les  populations, en particulier les femmes en sont nées.  C’est un contexte de guerre qui a fortement dégradé les conditions de vie des habitants de la région du Sud paralysant la productivité agricole, principale source de richesse. Les femmes et les enfants, couches les plus vulnérables, continuent d’en payer le tribu, au prix d’une  grande précarité et  par la persistance de pratiques comme l’excision, le mariage précoce et  plusieurs autres formes de violences dont elles sont victimes.

Dans sa stratégie pour atteindre zéro violence basée sur le genre le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA)  et l’AMC,  soutiennent  l’initiative de la Plateforme des Femmes pour la Paix en Casamance (PFPC) qui a mis en place le centre Kullimaaroo en réponse à la détresse des victimes de violences en leur offrant  une prise en charge holistique.

« Ni hôpital, ni lieu de culte, et pourtant un véritable lieu de renaissance »

Kullimaaroo accueille en urgence des femmes et filles victimes de toutes formes de violences. Le service  est assuré par une équipe de professionnels pluridisciplinaires, soucieux du respect des principes des droits humains, que sont le respect de la dignité, de l’intégrité, de la vie privée et de la sécurité. Le centre dispose d’une capacité d’accueil de plusieurs lits, d’une infirmerie, d’une permanence juridique, d’un bureau administratif et social, d’une cuisine et d’un magasin de stockage de vivres.

Depuis 2015, grâce au centre Kullimaaroo, 135 femmes et filles ont été hébergées dont 82 adolescentes. Souvent des filles-mères rejetées par leurs familles ; le Centre a permis leur accompagnement avec  76 accouchements encadrés selon les normes sanitaires.  Les pensionnaires bénéficient  également d’un accompagnement  psychosocial personnalisé, d’une prise en charge holistique incluant la nourriture, les soins de  santé, l’assistance juridique à travers un fonds dédié.

Principaux objectifs du centre KULLIMARO  

Les objectifs du centre sont entre autres : l’amélioration de l’accès aux services de prise en charge des victimes de violences au niveau de la région, le renforcement des capacités des femmes pour en faire de véritables actrices dans la lutte contre les violences en Casamance, et l’offre d’un cadre sécurisant aux femmes et filles victimes d’abus et de maltraitance.

Un appui  de taille

De 2019 à nos jours, un budget de 64 000 000 FCFA a été investi à KULLIMAAROO dont 33 000 000 F CFA pour le fonctionnement et 31 000 000 FCFA en équipements et intrants.

Plus qu’une simple maison d’accueil, Kullimaaroo est  un maillon important de la chaine de services

Le centre commence à être connu par les populations et accueille de plus en plus de femmes et filles victimes de violence. Le défi consiste en l’accroissement de la capacité d’accueil  et la mise en place d’une crèche qui fonctionne 24h/24h pour prendre en charge les bébés abandonnés mais aussi  garder ceux dont les mamans doivent continuer leur processus de réinsertion.

UNFPA Sénégal partenaire de  Kullimaaroo  

Pour la pérennisation et la réinsertion sociale et économique des femmes et filles victimes de VBG et réparées de la fistule, UNFPA à travers l’AMC a mis à disposition un tracteur et un wagon et appuyé la mise en place d’une activité génératrice de revenus en dotant le GIE de Madjaké de deux moulins, deux  congélateurs et divers équipements. 

Vous pouvez retrouver la totalité du reportage en cliquant sur ce lien :  Reportage sur le centre Kullimaaroo

12/04/2021

L’UNPFA en collaboration ONUDI et élus locaux de Fass Gueule-Tapée Colobane, était partie prenante ce lundi 12 avril 2021 pour un atelier de partage des résultats du volet : Autonomisation des jeunes et des femmes en matière de création d'emploi par la dynamisation économique locale dans le cadre du Projet Fass Emergent.

Il s’est agi d’organiser une large communication avec l’ensemble des parties prenantes bénéficiaires, structuré autour des résultats des projets. Mais aussi  et surtout d’exposer le  modèle de promotion économique local  en faveur de  l’autonomisation des jeunes et des femmes, qui a été mise en œuvre autour de développement économique social et environnemental de la commune de  Fass.

En effet, le projet  FassE ambitionne de  changer les conditions de vie des populations. Le choix de Fass Colobane Gueule Tapée (FCGT) se justifie selon les responsables, par le manque de moyens de santé, la promiscuité, du manque de structures d’éducation, mais surtout de la concentration démographique et des déficits structurels de bâtiments de base dans la satisfaction des besoins primaires. Elle se caractérise par des indicateurs sociaux économiques et sanitaire défavorable. La municipalité constitue une poche de pauvreté et le chômage bien qu’elle se situe dans une zone avec de meilleures conditions tous ces critères justifiant le choix d’en faire le projet pilote d’opérationnalisation du dividende démographique (DD).

Le projet Fass Émergent est basé sur une approche sectorielle, holistique, participative et inclusive qui cible prioritairement les femmes et les jeunes tout en prenant en compte les besoins des enfants.

Sous le leadership de son Maire Ousmane Ndoye, et de toute l’équipe municipale, la commune est parvenue à faire des réalisations et enregistrer des résultats sur les différentes composantes du projet sur lesquelles il était attendu. Ainsi dans le domaine de la santé, en plus de la remise d’un lot d’équipement santé et de la reconstruction du poste de santé de Fass et de la mise en place d’un bureau conseil adolescent, les réalisations suivantes ont été notées :

• 746 personnes dépistées au VIH.

• 85 filles de 10-14ans vaccinées contre le HPV ;

• 120 femmes pour l’offre de services PF ;

• 4 clubs de jeunes filles mis en place ;    

• 15 pairs éducateurs formés pour l’animation du bureau Conseil ;

• 120 acteurs communautaires de base formés en genre et Santé de la Reproduction ;

• Plus de 1000 filles sensibilisées sur la SRAJ, les VBG, le DD.

Dans le domaine de la formation, emploi, autonomisation des femmes et des jeunes, les résultats montrent que 50 jeunes de la commune de GTFC ont été formés en réparation de téléphones portables et dotés de Kits.

 Une unité de transformation des céréales a été également mis en place ainsi que la formation de 60 femmes sur la transformation, la conservation des aliments, la formation de 60 femmes sur la gestion organisationnelle et financière et le leadership féminin, la formation des femmes de la commune de GTFC en fabrication de savons antiseptique à travers 4 sessions interactives, les formations de 30 femmes en marketing, création de marque et développement de business plans.

De même,  il a été assuré la formation de 25 femmes transformatrices en hygiène qualité,  la mise en place d’un réseau d’animateurs économique local, un financement de 9 projets par le PAMECAS,  la digitalisation de la mutuelle de santé et la mise en place d’un mécanisme d’accompagnement technique et financier (processus en cours).

Dans le domaine de la gouvernance et de la participation citoyenne, les principales réalisations portent sur :

• 40 élus locaux formées sur le budget participatif sensible au genre

•   xx nbre xxx cadres de la Commune formés en Gestion Comptable et financière ; GAR ; Passation de marchés, bonne gouvernance etc.

• Etude de l’état des lieux du Plan d’Investissement Communal (PIC) réalisée.

• Plan de Développement Communal (PDC) élaboré

• Diagnostic et cartographie fiscale et financière de la commune, réalisées.

• Conseil communal des enfants mis sur place, visant à contribuer au renforcement et à la prise en compte des droits de l’enfant dans les stratégies et politiques de la collectivité territoriale ainsi que dans la gouvernance territoriale avec la participation et l’engagement civique des enfants.

• Une enquête de référence avec l’appui de l’ANSD, réalisée.

• Un guichet unique multiservices mis en place pour l’information, l’orientation et l’accompagnement des jeunes et des femmes.

En outre, le projet s’est adapté pour répondre aux urgences du moment. Ainsi dans le cadre de la lutte contre la pandémie covid19, les principales actions menées portent sur :

•2354 ménages vulnérables ont bénéficié de l’initiative panier de solidarité (riz, sucre, savons, gel, huile, détergent).

•150 dispositifs de lavage à mains installés dans des endroits stratégiques de la commune ;

•30 000 masques distribués aux populations.

•Les Points de prestations sanitaires de la commune dotés de thermo flash, de masques, de gangs pour assurer la continuité des services.

En termes d’engagement communautaire, il a été mené des actions de sensibilisation et de communication à travers les réseaux sociaux, les caravanes sonores et les émissions radiophoniques communautaires.

 

Toutes ces réalisations ont été présentées aux partenaires autour d’un atelier de partage et de communication organisée lundi 12 avril 2021 par le FNUAP, l’ONUDI et d’autres agences des Nations-Unies qui soutiennent le Projet Fass émergent.

Le projet FassE Émergent « est très important et bénéfique pour le Sénégal » affirme Mme Cécile Compaoré, le représentant de l’UNFPA (Fonds des Nations Unies pour la Population) au Sénégal. Le dividende démographique (l'accélération de la croissance économique qui peut résulter d'une baisse rapide de la fécondité d'un pays et l'évolution ultérieure de la structure par âge de la population) est une priorité à renforcer. « Il est important pour l’Afrique de le capturer pour sortir de la pauvreté », soutient-elle. En effet, c’est une phase importante dans la réalisation du plan Sénégal émergent(PSE). Les piliers du PSE « vont de pair avec les différents piliers du projet Fass Émergent ».

08/03/2021

 

Dans le cadre de mise en œuvre du renforcement de capacités des clubs de jeunes filles (CJF) le Projet de Promotion des Jeunes à travers le CCA de Kolda a mené des AGR sur la fabrication de savons pour une cohorte d’adolescentes non scolarisées. Autonomiser les jeunes filles en passant par des AGR, c’est contribuer à la réduction des VBG en particulier les violences économiques.

24/02/2020

Au Sénégal, de moins en moins de femmes perdent la vie en donnant la vie. Suivez comment UNFPA a accompagné le Ministère de la Santé et de l'Action sociale à améliorer la santé maternelle et néonatale.

15/12/2018

L'autonomisation des femmes et des filles est un levier capital pour la capture du dividende démographique. Les décideurs, ls partenaires au développement, les organisations de la société civile et les jeunes font entendre leurs voix.

27/06/2018

Temps forts de la cérémonie officielle de lancement du projet "Amélioration de la santé et du bien être des femmes et des adolescentes du Sud du Sénégal". Le Gouvernement du Canada, à travers Affaires mondiales Canada, a octroyé au Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA) un financement d’un montant de 19,9 millions de dollars canadiens sur cinq ans (2018-2022). Cette initiative vise à améliorer la santé et le bien être des filles et des femmes du Sud Sénégal (Ziguinchor, Kolda, Sédhiou, Tambacounda et Kédougou), à travers une meilleure utilisation des services de qualité en santé maternelle y compris  la planification familiale, en santé de la reproduction des adolescents (es)/jeunes et en prévention et prise en charge des violences basées sur le genre.

25/05/2018

Une jeune fille victime de la fistule retrouve une nouvelle vie après avoir bénéficié d'une opération chirurgicale gratuite. Elle donne naissnce à son premier enfant. 

16/02/2015

Sénégal: Oui à l'abandon de l'excision les sages femmes s'engagent. déclaration en wolof

 
16/02/2015

Les parlementaires s'impliquent pour un engagement réel des hommes.

 

 

10/02/2015

Sénégal: Oui à l'abandon de l'excision les sages femmes s'engagent. Déclaration en français

 

Pages