Vous êtes ici

Ralentir la propagation de la COVID-19 : comment protéger la santé et les droits des femmes et des filles à l’heure actuelle

C’est le thème de la Journée Mondiale de la Population (JMP), célébrée chaque 11 juillet, au Sénégal, dans un contexte particulier avec la survenue de la crise sanitaire qui n’épargne pas le pays.

 

Pour marquer l'édition de cette année, le Ministère de l’Économie, du Plan et de la Coopération, en partenariat avec le Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA) a organisé un panel le 10 juillet par visioconférence, suivi d’un facebook live le 11 juillet dans le cadre de la campagne digitale #Jogcicovid19.

 

« Le thème de cette année est d’une importance capitale dans la mesure où il permet d’informer, de sensibiliser et de mener un plaidoyer fort pour atténuer la propagation de la pandémie et assurer une meilleure prise en charge de la santé et les droits des femmes et des filles », a expliqué à l’ouverture du panel le Directeur du Développement du Capital Humain, M. Bakary Djiba

 

Prenant la parole, la Représentante Résidente de l’UNFPA, Cécile Compaoré Zoungrana  a plaidé pour la protection de la santé et les droits des femmes et des filles dans la situation de pandémie qui est un droit humain fondamental. « Ce droit humain est dépourvu de signification si la frange de la population qui en a besoin n’a pas accès à l’information, aux produits et aux services qui leur permettront d’exercer ce droit », a-t-elle souligné.

 

Les représentants des ministères sectoriels (économie, santé, femme, jeunesse) impliqués dans la mise en œuvre du huitième programme de coopération 2019-2023, sont largement revenus sur les actions prises par le Gouvernement du Sénégal pour faire face à la pandémie de la COVID 19 tout en prenant en compte les besoins des femmes et des filles les plus vulnérables.

 

Dans le cadre de la réponse globale du Système des Nations Unies, le Fonds des Nations Unies pour la Population a mobilisé, avec l’appui du Canada et du Luxembourg,  une enveloppe financière de plus 942 millions de FCFA pour soutenir trois secteurs clé : la santé, la jeunesse et la femme.

 

Ce qui a permis de contribuer au financement du Plan de contingence pour la continuité des services de Santé reproductive, maternelle, néonatale, infantile et de l’adolescent à travers la Direction de la Santé de la Mère et de l’Enfant du Ministère de la Santé et de l’Action Sociale, les régions médicales, le district sanitaire de Popenguine et la commune de Gueule tapée-Fass-Colobane. Ces fonds ont également servi à doter les structures de santé d' équipements de protection individuelle et collective, à renforcer la résiliences des familles vulnérables et à mettre en œuvre des activités de communication sur les risques et d’engagement communautaire.

 

UNFPA soutient le plan national de riposte à travers (i) l’appui à la coordination et la surveillance des cas, (ii) le renforcement des capacités des prestataires de santé, des agents communautaires et le soutien à la continuité des services, (iii) la fourniture de médicaments vitaux pour la mère, l’enfant, iv) la fourniture d’équipements et produits de protection individuelle, v) le soutien à l’engagement et la mobilisation communautaire.