Vous êtes ici

Plan d’action des parlementaires pour le suivi des engagements de la CIPD+25

Le Réseau des Parlementaires en Population et Développement (RPPD) s’est doté d’un plan d’action pour soutenir le plaidoyer pour la mise en œuvre et le suivi des engagements du Sénégal, pris lors du Sommet de Nairobi en Novembre 2019 sur les 25 ans de la Conférence Internationale sur la Population et le Développement (CIPD).

Concrétiser les engagements du Sénégal au Sommet de Nairobi, c’est la priorité du Réseau des Parlementaires en Population et Développement. Pour se faire, un plan d’action a été élaboré, avec le soutien de l'UNFPA et de la Direction du Développement du Capital Humain, à l’issue de l’atelier de restitution et de plaidoyer pour le suivi et la mise en œuvre des engagements de la CIPD, tenu du 23 au 24 Novembre à Dakar. La rencontre a également enregistré la participation du Directeur du Développement du Capital Humain, de la Directrice de l’Equité et l’Egalité de Genre et de la Chef de Division de la Planification familiale.

Grâce aux communications des ministères sectoriels, les députés ont pu passer en revue et s'approprier les engagements du Sénégal en termes de défis et perspectives. « Cet atelier est un moment favorable pour voir ce qui a été fait par le Sénégal.  En plus du contrôle de l’action de l’Etat, nous avons les fonctions d’évaluation des politiques publiques et nous devons nous assurer que les engagements nationaux sont reflétés dans le budget », a rappelé la Vice-Présidente à l’Assemblée Nationale, Honorable Ndeye Lucie Cissé, par ailleurs membre du RPPD. « Nous pouvons dire qu’il y a des avancées surtout en matière d’autonomisation et de protection des femmes avec le vote de la loi criminalisant le viol », s’est-elle félicitée.

La Représentante Résidente de l’UNFPA Sénégal, a pour sa part, attiré l’attention des parlementaires sur l’impact de la COVID 19. « Nous n’avons jamais été aussi près de parvenir aux résultats escomptés. Nous ne devons pas laisser la COVID-19 compromettre les progrès notables enregistrés par le Sénégal dans le domaine de la santé maternelle, la planification familiale, les violences basées sur le genre, la disponibilité des données de population pour le développement ». Elle a appelé les parlementaires à s’assurer que les engagements du Sénégal soient pris en compte et concrétisés dans les politiques et programmes nationaux et que des ressources domestiques conséquentes soient alloués pour leur exécution.

Son appel a trouvé un appel favorable auprès des parlementaires qui, dès l’entame du marathon budgétaire le 26 novembre, ont plaidé pour l’accélération de la mise en œuvre du Programme d’Action de la CIPD. La Présidente du RPPD, Honorable Mously Diakhaté, a lors des votes des budgets des Ministères en charge de l’Economie et de la santé fait un vibrant plaidoyer pour l’allocation des ressources nationales pour la mise en œuvre des engagements du Sénégal, l’application de la loi sur la Santé de la Reproduction et l’instauration d’une journée nationale de lutte contre la mortalité maternelle.