Vous êtes ici

Lutte contre la COVID 19 : les clubs de jeunes filles fabriquent des savons

Après les 974 « Tipi Tapa », points de lavages rudimentaires installés par les clubs de jeunes filles de Kolda dans les communautés pour lutter contre la COVID 19, les filles leader se lancent dans la fabrication artisanale de savons. Cette activité génératrice de revenus va contribuer à renforcer leur autonomisation.

 

51 membres des clubs de Jeunes Filles de Sibicaranto, Hamdalaye Diéga, Saré Faramba, Saré Moussa Ndour, Dabo dans la région de  Kolda dans le Sud du Sénégal, ont bénéficié d’une formation pour la fabrication artisanale de savon simple à huile et antiseptique. Cette innovante activité est organisée par le Centre Conseil Adolescent (CCA) de Kolda, avec l’appui de UNFPA, dans le cadre du projet « Amélioration de la Santé et du Bien-être des femmes et Adolescentes du Sud du Sénégal », financé par Affaires Mondiales Canada. « La formation des membres des clubs de jeunes Filles de Kolda en techniques de saponification entre dans le cadre de l’autonomisation des adolescentes. Elle a permis à des filles analphabètes d’acquérir des compétences et de développer leur estime de soi », explique Babacar SY, Coordonnateur du CCA Kolda

 

En effet, les jeunes filles vulnérables sont désormais outillées pour développer des activités génératrices de revenus.  Elles ont ainsi fabriqué, grâce aux unités de production acquises par le projet, plus de 300 morceaux de savon locaux, à base de produits naturels, feuilles de nébédaye, huile de palme et autres produits. Les revenus générés vont contribuer à l’autonomisation des adolescentes ainsi qu’à la lutte contre les mariages et grossesses précoces

 

« Grâce aux équipements offerts par le projet et aux compétences acquises nous avons réussi à produire du  savon. Avec les revenus de la vente,  je pourrai aider mon père dans les charges de la maison et subvenir à mes besoins personnels », se félicite Mariama Dabo membre club jeunes fille Saré Faramba, qui ambitionne  de promouvoir la production de savon bio. Fatou Diallo Coordonnatrice du club de jeunes de Sibicaranto, abonde dans le même sens. « Nos actions, depuis l`installation des Tipi Tapa à la fabrication de savons antiseptiques, prouvent que nous sommes des actrices du changement avec des solutions concrètes face aux problèmes dans nos communautés ».

 

Le Coordonnateur de projet de l’UNFPA dans les régions de Kolda-Sedhiou-Ziguinchor, Moussa Mané, se félicite pour sa part de l’engagement des jeunes filles qui ont vite maîtrisé les techniques de saponification. « En 4 jours, les membres des Clubs de Jeunes Filles ont produit des savons et commencé à les commercialiser.  Ce qui confirme leur capacité à innover et à porter la lutte contre les mariages et grossesses précoces à travers cette activité génératrice de revenus. » .

 

Les clubs de jeunes filles s’illustrent déjà par l’initiative «New deal», un pacte communautaire qui repose sur un engagement moral entre ses membres et leurs parents, pour un objectif “zéro grossesse”. Cette initiative novatrice vise à réduire la vulnérabilité des jeunes filles à travers la lutte contre les mariages et les grossesses précoces, les mutilations génitales féminines (MGF) et la promotion de l’utilisation des services de santé sexuelle et reproductive.