Actualités

Engagements forts pour l’autonomisation des femmes et des filles et la capture du dividende démographique

16 novembre 2018

Une déclaration des femmes et une autre des jeunes ont marqué la clôture de la rencontre de haut niveau portant sur « dividende démographique et autonomisation des femmes et des filles », tenue à l’hôtel King Fahd Palace à Dakar, les 12 et 13 novembre 2018. L’objectif de cette rencontre était de bâtir des alliances stratégiques afin d’engager des actions concrètes pour l’autonomisation des femmes et des filles en vue de la capture du dividende démographique.

Les participants ont eu beaucoup d’intérêt pour la thématique et à l’issue des deux journées de travail, un engagement fort a été pris pour la capture du dividende démographique aussi bien au niveau des femmes que des jeunes.

Mme Salimata Diop Dieng, Ministre de la Femme, de la Famille et du Genre du Sénégal, qui présidait la cérémonie d'ouverture, n’a pas manqué de relever les défis qui se posent aux dirigeants africains avec l’évolution démographique marquée par une population majoritairement jeune. Soulignant les déséquilibres entre les conditions de vie réelles et les besoins de subsistance de cette jeunesse africaine, elle a relevé les entraves à l’épanouissement des familles, au bien-être des femmes et des hommes tant aux plans social qu’économique.

La rencontre de haut niveau portant sur le « dividende démographique et l’autonomisation des femmes et des filles » a été ouverte en présence de M. Pape Gorgui Ndong, Ministre de la Jeunesse, de la Construction de la citoyenne et de la promotion du Volontariat, de M. Mabingué Ngom, Directeur régional de l’UNFPA pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre, Mme Cécile Compaoré Zoungrana, Représentante l’UNFPA, Mme Lise Filialtrault, Ambassadeur du Canada, De nombreux ministres africains en charge de la Femme, des représentants de l’Union africaine, de la Cedeao, des associations de femmes, de jeunes. 

Mme Lise Filialtrault, Ambassadeur du Canada au Sénégal, a pour sa part, désigné les femmes comme « la force de l’émergence économique ». Elle a appelé à l’application des lois adoptées dans ces pays afin de passer à l’action pour « l’autonomisation effective » des femmes et des filles.   

Pour Mme Cécile Compaoré Zoungrana, Représentante de l’UNFPA au Sénégal, "sans autonomisation des femmes et des filles, il ne pourrait y avoir de capture du dividende démographique". Même son de cloche de M. Mabingué Ngom pour qui "le renforcement de l’autonomisation des femmes est donc une condition indispensable à l’instauration d’un développement durable et d’une croissance inclusive et à la réalisation des aspirations de l’Union Africaine ».

Près de 250 participants en provenance de 9 pays de la région, Benin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Guinée, Mali, Mauritanie, Niger, Sénégal et Tchad, sont attendus. Cette rencontre a réuni les ministres en charge de la femme, de l’économie, de la jeunesse, de l’éducation, des représentants de l’Union Africaine et de la CEDEAO mais aussi des représentants des organisations de femmes, de jeunes, de la société civile ainsi que des partenaires techniques et financiers.

Le deuxième jour de la rencontre, un dialogue intergénérationnel avec 400 jeunes venant de toutes les régions du Sénégal et de la sous-région de l’Afrique de l’Ouest, a permis des échanges directs entre les jeunes et les décideurs politiques et les partenaires au développement sur les thématiques. A cette occasion, les jeunes ont saisi l’opportunité de faire entendre leurs voix.