Vous êtes ici

Table ronde sur le thème «Partenariat renforcé et élargi: un levier essentiel pour l'élimination de la fistule obstétricale

Le Bureau régional du Fonds des Nations Unies pour la population en Afrique de l'Ouest et du Centre (UNFPA WCARO) organise en partenariat avec la Première Dame du Niger, Dr Lalla Malika Issoufou, une table ronde sur le thème «Partenariat renforcé et élargi: un levier essentiel pour l'élimination de la fistule obstétricale. "L'événement hybride physique et virtuel a lieu le mardi 23 mars 2021, de 10h00 à 12h00 GMT.

Les objectifs de la table ronde sont, entre autres, de renforcer le plaidoyer, d'étendre les partenariats, de mobiliser des ressources supplémentaires, y compris des ressources nationales, pour assurer la mise en œuvre efficace du plan régional pour éliminer la fistule obstétricale en Afrique de l'Ouest et du Centre.

Selon le directeur régional de l'UNFPA pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre, Mabingue Ngom, «cette table ronde permettra de remobiliser les acteurs: États membres, partenaires techniques et appui financier autour de la stratégie régionale de lutte contre la fistule obstétricale couvrant la période 2019-2030, en vue d'accélérer l'engagement des partenaires à éradiquer ce fléau. "

Depuis 2003, l'UNFPA et ses partenaires participent à la Campagne pour mettre fin à la fistule obstétricale, au cours de laquelle environ 85 000 femmes et filles ont reçu un traitement réparateur. Néanmoins, plus de deux millions de femmes supplémentaires continuent de souffrir de fistule obstétricale, dont plus de la moitié en Afrique de l’Ouest et du Centre - continuent de vivre dans des conditions honteuses. Malgré les efforts déployés pour les aider, il est important de reconnaître que le rythme reste lent. En 2018, 2281 femmes ont été traitées dans la région. Les dernières estimations montrent qu'entre 600 000 et 1 000 000 de cas sont en attente de traitement.

En Afrique de l'Ouest et du Centre, il existe plusieurs causes directes et indirectes de la fistule obstétricale. Il s'agissait notamment d'une forte croissance démographique (2,7%), du taux de fécondité total le plus élevé au monde (5,2 enfants par femme), d'un accès limité aux services de santé reproductive, d'une prévalence élevée des mariages d'enfants (42%) et des mutilations génitales féminines (24%). Les MGF peuvent atteindre 90% dans certains pays comme la Sierra Leone, le Mali et la Guinée. À ceux-ci s'ajoute la faible scolarisation traditionnelle des filles (24%).

Les femmes qui souffrent de fistules dues à l'accouchement souffrent en moyenne de cette maladie pendant 7,5 ans de leur vie. Cette période correspond généralement aux premières années d'entrée ainsi sur le marché du travail, qui sont sacrifiées. Plus récemment, la menace sécuritaire dans la bande sahélienne et la pandémie de Covid19 ont imposé une limitation sans précédent des mouvements et déplacements de populations, en particulier des femmes et des filles, limitant ainsi leur accès aux services de santé reproductive. En outre, les services de santé déjà fragiles ont vu leur capacité à fournir des soins de qualité grandement affectée. Tous ces indicateurs ne sont pas susceptibles de promouvoir l'éradication de la fistule et les soins aux patients. La Première Dame du Niger S.E. Dr. Lalla Malika Issoufou se mobilise activement aux niveaux national et régional pour assurer une participation de haut niveau. Les Premières Dames de certains pays (Tchad, Comores, Congo, Côte d'Ivoire, Mauritanie et Sierra Leone) ont déjà confirmé leur participation.

Parmi les autres participants de haut niveau, citons la commissaire de l'Union africaine aux affaires sociales, Amira El Fadil, la commissaire de la CEEAC pour le genre, le développement humain et social, S.E. Yvette Ngandu Kapinga, Commissaire aux Affaires Sociales et Genre de la CEDEAO S.E. Dr Siga Fatima Jagne et le prix Nobel de la paix, et fondateur de la Fondation Panzi en RDC, le Dr Denis Mukwege.