Actualités

LE GOUVERNEMENT TOGOLAIS ET UNFPA LANCENT OFFICIELLEMENT LE RAPPORT SUR L’ETAT DE LA POPULATION MONDIALE 2015

15 March 2016

Le Ministère en charge de la Planification du Développement et le Fonds des Nations Unies pour la Population au Togo (UNFPA Togo) ont conjointement lancé le jeudi 10 mars 2016,  à la salle de conférence de la médiathèque Jean Paul II (Agora Senghor) de Lomé, le rapport sur l’état de la population mondiale. Sur le thème, « A l’abri dans la tourmente, un programme porteur de changements pour les femmes et les filles d’un  monde en crise », ce rapport de 140 pages est consacré aux crises humanitaires dans le monde et aux nombreux défis et obstacles auxquels les femmes et les adolescentes doivent faire face en ces périodes. La cérémonie de lancement officiel dudit rapport a été conjointement présidée par le Directeur de Cabinet du Ministère en charge de la Planification du développement M. Essohanam EDJEOU et le Représentant Résident de l’UNFPA au Togo, M. Saturnin EPIE.

Chaque année, le Fonds des Nations Unies pour la Population publie sur une thématique donnée, un Rapport sur l’état de la population mondiale. L’objectif est de susciter au niveau de chaque pays, des réflexions et débats sur la problématique du thème choisi en vue de déclencher des actions idoines adaptées aux réalités nationales.

Membres du corps diplomatique, représentants d’organismes internationaux, chefs d’agences du SNU, directeurs centraux, responsables des organisations de la société civile, universitaires, associations d’étudiants et professionnels des média ont pris part à ce lancement officiel.

Trois interventions ont marqué cette cérémonie, le mot de bienvenue de la Directrice des Etudes de Population, Mme Victorine WOMITSO – BADOHOUN, du Représentant Résident de l’UNFPA Togo, M. Satunin EPIE et du Directeur de Cabinet du Ministère en charge de la planification du développement, M. Essohanam EDJEOU.

« Pour l’UNFPA, la vision d’un monde où chaque grossesse est désirée, chaque accouchement sans danger et le potentiel de chaque jeune accompli, est une vision intemporelle et universelle. Ni les conflits armés, ni les catastrophes naturelles avec leurs lots de désolations, ne sauraient justifier qu’une partie de l’humanité soit privée de ses droits en matière de santé sexuelle et reproductive. Ensemble, nous devons transformer l’action humanitaire en plaçant la santé et les droits des femmes et des jeunes au cœur de nos priorités.» a précisé M. EPIE.

Après son intervention, M. EPIE a procédé à une remise symbolique du rapport par au Directeur de cabinet.

Prenant la parole, le Directeur de Cabinet du Ministère de la Planification du  Développement a précisé que les efforts du gouvernement togolais ont permis d’obtenir des avancées notables en matière de santé maternelle et réitéré que « le gouvernement pour sa part poursuivra ses efforts en vue de la mise en œuvre des actions porteuses de changement pour relever les multiples défis de développement et répondre aux besoins de femmes et des adolescents ».

Afin de donner un aperçu du contenu de ce rapport aux invites, une présentation en a été faite par le chargé de programme population et développement de l’UNFPA, M. Kanazogo MENSAH.

Ce rapport précise que le monde de nos jours doit faire face à des crises humanitaires de plus en plus coûteuses pour les individus, les familles, les communautés et les économies. Les conflits armés et les catastrophes naturelles sont les principales causes de ces crises humanitaires. Parmi les personnes déplacées par un conflit ou déracinées par une catastrophe, figurent 26 millions de femmes et d’adolescentes en âge de procréer dont les besoins et les droits doivent être satisfaits et respectés. Ce rapport souligne également que 59,5 millions de personnes sont déplacées dans le monde, un record depuis la seconde guerre mondiale et les 10 pays où le taux de mortalité maternelle est le plus élevé sont ravagés par la guerre ou en cours de relèvement et les femmes et les filles sont les plus défavorisées. 

Le document souligne qu’il y a 20 ans encore, la santé sexuelle et de reproduction figurait loin derrière les priorités telles que l’eau, la nourriture et l’hébergement lors des interventions humanitaires. Les études réalisées et les données recueillies depuis 1990 ont permis de rendre la santé des femmes et des filles plus visible. Des Mesures sont prises et des services essentiels sont dorénavant offerts au début de chaque crise. C’est ainsiqu’en 2014, l’UNFPA est intervenu dans 38 pays en situation de crise humanitaire pour fournir des contraceptifs à 20,8 millions de femmes, hommes et adolescents et distribuer 35 millions de trousses de santé reproductive.

Le rapport met l’accent sur la prévention, la préparation et l’autonomisation qui doivent donc prendre le pas sur la réaction et les interventions et propose une nouvelle vision de l’action humanitaire qui fait de la santé et des droits en matière de sexualité et de procréation, un volet central de l’action humanitaire.

A la fin de la cérémonie, chaque participant a eu droit à une copie du rapport