Actualités

La Représentante Résidente de UNFPA Sénégal présente ses lettres de créances au Ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l'Extérieur

18 avril 2018

La Représentante Résidente du Bureau du Fonds des Nations Unies pour la Population au Sénégal, Mme Cécile Compaoré Zoungrana, a officiellement pris fonction. Elle a présenté ses lettres de créances au Ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’Extérieur, Me Sidiki Kaba.

Félicitant le Gouvernement du Sénégal pour les progrès remarquables notés pour améliorer la santé des populations notamment des mères et des jeunes, elle a rappelé les trois résultats transformationnels du plan stratégique UNFPA pour la période 2018-2021 à savoir zéro besoin non satisfait en planification familiale, zéro décès maternel évitable et zéro violence basée sur le genre. Ces résultats participent à la mise en œuvre d’interventions stratégiques visant la capture du dividende démographique, une contribution substantielle à la vision et aux aspirations du Gouvernement sénégalais contenues dans le Plan Sénégal Emergent.

Elle a réitéré au Ministre son engagement pour améliorer la contribution de l’UNFPA, au sein du Système des Nations Unies pour répondre aux priorités nationales. « Mon rôle est de renforcer la collaboration excellente qui existe depuis fort longtemps entre l’UNFPA et le Sénégal. Nous travaillerons ensemble avec les ministères sectoriels clés à mettre en œuvre de manière structurée les engagements du Sénégal conformément à la feuille de route de l’Union Africaine «Tirer pleinement profit du dividende démographique en investissant dans la jeunesse », a-t-elle souligné.

Elle a trouvé un écho favorable auprès du Ministre des Affaires Etrangères et des Sénégalais de l'Extérieur, Me Sidiki Kaba. Ce dernier a insisté sur l’importance que le Président Macky Sall accorde au développement du capital humain, l’axe 2 du Plan Sénégal Emergent,  document de référence de politique économique et sociale. « L’investissement dans le capital humain assure le développement durable. Ce développement doit être inclusif, au bénéfice des plus vulnérables pour ne laisser personne derrière », a insisté, Me Sidiki Kaba.

Revenant sur les progrès enregistrés par le Sénégal en matière de planification familiale, il a souligné l’importance de garantir les droits sexuels et reproductifs. « Le droit à l’espacement des naissances donne à la femme le droit de maîtriser son corps pour une contribution efficace au développement du pays», a-t-il fait remarquer.

Tout en rappelé les mesures prises pour renforcer l’autonomisation des femmes et améliorer les conditions de vie des populations, Me Sidiki Kaba a réitéré la volonté du Gouvernement du Sénégal à collaborer avec le Fonds des Nations Unies pour la Population. « Vous trouverez auprès du Gouvernement une écoute pour travailler ensemble et enregistrer le progrès pour le compte des populations particulièrement des femmes et des jeunes », a rassuré le Ministre des Affaires étrangères du Sénégal et des Sénégalais de l’Extérieur.

De nationalité Burkinabé, Mme Cécile Compaoré Zoungrana rejoint le Sénégal avec une expérience de plus de 25 années en matière de population, santé de la reproduction et genre avec les Gouvernements, les agences des Nations Unies, les organisations internationales et régionales, les universités.

Titulaire d'une maîtrise en démographie de l'Institut de formation et de recherche démographique (IFORD) de l'Université de Yaoundé (Cameroun) et d'un doctorat en démographie de l'Université de Montréal (Canada), Mme Cécile Compaoré Zoungrana intègre le Bureau pays de l’UNFPA à une période cruciale de la vie de l’Organisation, marquée par la phase d’opérationnalisation du dividende démographique.